Prévention paludisme

Elle associe la chimio-prophylaxie et la protection contre les piqûres de moustiques.

Elle dépend des zones visitées classées en groupe 1, 2 ou 3 selon la fréquence de la résistance à la chloroquine et la proguanil.

 

1/ la chimioprophylaxie selon la destination

Cliquez sur l’image pour l’agrandir:

Pays du groupe 1

Chez l’enfant, il faut prescrire de la veille du départ jusqu’à quatre semaines après le retour, de la Nivaquine® (chloroquine) à la dose de 1,5 mg/kg/j.

Il existe une forme en sirop (dosée à 25 mg/5 ml flacon de 150 ml) et des comprimés sécables en 2 dosés à 100 mg.

Pays du groupe 2

Le traitement consistera en :

- Soit association de Nivaquine® (chloroquine) : dose de 1,5 mg/kg/j + Paludrine 100®
(proguanil) : dose de 3 mg/kg/j

- Soit Savarine® (qui est une association des deux molécules) dose : 1 comprimé par jour la veille du départ jusqu’à quatre semaines après le retour

- Soit forme pédiatrique de la Malarone® (Atovaquone 62,5 mg + Proguanil 25 mg) dose : 1 cp/10 kg/j à commencer la veille du départ et à poursuivre une semaine après le retour.

Pays du groupe 3

Traitement par Lariam® (Méfloquine) dose : 5 mg/kg/semaine si l’enfant pèse plus de 15 kg (comprimés de 250 mg quadri-sécables).

Traitement à débuter dix jours avant le départ et à poursuivre trois semaines après le retour (si intolérance, forme pédiatrique de Malarone®)

Enfant de moins de 10 kg : l’association Nivaquine® + Paludrine® doit être retenue (en déconseillant aux parents d’emmener leurs bébés en zone 3).

Source : http://www.sante.gouv.fr/recommandations-sanitaires-aux-voyageurs.html

O. Kremp – Faculté libre de médecine, Université catholique de Lille.

M. Roussey – CHU Anne de Bretagne – Université Rennes I

Médecine et enfance juin 2007.

2 /La lutte anti- moustiques : Elle est essentielle, puique le paludisme est transmis par un moustique porteur du parasite.

Les commentaires sont fermés.