Le crâne n’est pas rond

Dans des cas désormais très fréquents,  il peut exister un aplatissement postérieur du crâne, dénommé plagiocéphalie.

Quelle en est l’origine ?

La plagiocéphalie est très souvent d’origine posturale.

Elle est dûe à l’appui permanent d’un côté de la tête quand l’enfant est allongé sur le dos.

La position sur le dos n’est pas discutable si l’on veut prévenir le risque de mort subite du nourrisson ( MSN);

Mais il est vrai que cette position peut favoriser l’apparition d’un aplatissement postérieur du crâne, soit sur la zone totale du crâne, soit, le plus souvent, sur un côté à droite ou à gauche.

Comment et pourquoi cela arrive-t-il ?

Très souvent, dès la naissance, en y regardant bien, il existe déjà une certaine asymétrie dans la sphéricité du crâne, mais elle est souvent très discrète et passe donc inaperçue.

Ce léger aplatissement postérieur unilatéral va conduire très vite l’enfant à privilégier le côté aplati pour s’endormir.

Puisqu’il est rare que le nourrisson reste parfaitement droit pendant son sommeil, il va d’instinct tourner la tête vers le côté qui le stabilise le plus, c’est-à-dire le côté le plus plat.

Problème : au fil des jours, l’appui devenant permanent d’un côté, la déformation va s’accentuer et l’aplatissement augmenter.

C’est le cercle vicieux.

 

La plagiocéphalie liée à un torticolis congénital

Parfois, la rondeur du crâne à la naissance est parfaite, mais l’enfant « penche » légèrement la tête d’un côté, et bien sûr, en dormant il utilisera spontanément le côté qui  « l’arrange ».

L’origine de cette déviation peut correspondre à un torticolis congénital (ou encore plus rarement à une déchirure avec hématome d’un muscle du cou au cours de l’accouchement : hématome du muscle sterno-cléido-mastoïdien)

 


La plagiocéphalie ou tête plate du nourrisson par HUG

 

Quelle est l’évolution de toute plagiocéphalie ?

« Si l’on ne fait rien, il est certain que cela ne s’arrangera pas tout seul, contrairement à ce que l’on croit trop souvent. Il faut donc s’en occuper activement » [1]

Quelles sont les mesures à prendre ?

Continuer à positionner l’enfant sur le dos pendant le sommeil (règle fondamentale pour prévenir les risques de mort subite du nourrisson).

Mais surtout :

- alterner chaque jour la position de la tête en la tournant un jour à droite, le lendemain à gauche ;

- utiliser plusieurs moyens :

- un cale bébé pour le maintenir en position légèrement latérale à l’opposé de la déformation.

Il faudra aussi, pendant les phases d’éveil, mettre l’enfant sur le ventre, sur un tapis d’éveil, et diminuer le temps de « transat ».

Choisir la position du lit de l’enfant de manière que les bruits qui l’attirent et la présence des parents l’incitent à tourner la tête « du bon côté » (mobile ou jouet).

Exceptionnellement, devant une déformation importante pourra se discuter la pose d’un casque de remodelage (assez contraignant).

 

Kinésithérapie et ostéopathie                                      

La kinésithérapie est indiquée s’il existe un torticolis congénital.

L’ostéopathie pourra là aussi traiter un déséquilibre musculaire du cou, mais ne remettra pas, par des manipulations crâniennes, le crâne tout rond, comme on pourrait le faire pour une balle de ping-pong…

Les séances pourront aider l’enfant à mieux mobiliser sa tête, mais le vrai traitement, c’est à dire agir sur la posture, revient aux parents.

Voir aussi l’article : plagiocéphalie: prévention et traitement

Dr Thierry Marck

 


[1] Professeur D. Renier, neurochirurgie pédiatrique, Necker-Enfants Malades. Paris.

Médecine et enfance – mai 2008

Les commentaires sont fermés.