Vitamine D

C’est la vitamine « antirachitisme », permettant au calcium de bien se fixer sur les os.

Comme toute vitamine, elle n’est pas, par définition, présente dans l’organisme. Il faut donc aller la chercher. Deux moyens pour s’en procurer :

- Par synthèse sous l’influence des rayons ultraviolets du soleil pénétrant la peau,

- Ou par apports extérieurs.

Le soleil n’étant pas, dans nos régions, permanent douze mois sur douze, et la peau du nourrisson la plupart du temps bien couverte, la synthèse solaire de cette vitamine reste insuffisante pour couvrir les besoins. Il faut donc un apport extérieur.

Cet apport sera en partie fourni par les laits industriels, mais en partie seulement car, situation un peu bâtarde, les laits européens, tout en contenant de la vitamine D, n’en contiennent pas finalement assez pour combler la totalité des besoins.

Il faut donc, dès les premières semaines de vie, et que l’enfant soit nourri au sein ou au biberon, lui donner une dose quotidienne de vitamine D, sous forme de dose à donner à boire dans un peu d’eau ou directement dans la bouche, en donnant par exemple une dose n° 1 d’Uvestérol® par jour.

Au-delà de la première année, ou plus tôt si on a une fâcheuse tendance à oublier la prise quotidienne, les doses de vitamine D pourront être données en ampoule pour combler les besoins de plusieurs mois : Uvedose® ou Zyma-D®.

Les commentaires sont fermés.