Varicelle

C’est LA maladie contagieuse de l’enfant !

Elle est très fréquente dans l’enfance et la jeune enfance :

Si l’on excepte les individus réfractaires au virus (et qui pourront faire une varicelle à l’âge adulte) et les rares enfants vaccinés, on peut dire que la quasi-totalité d’une classe d’âge fera cette maladie, à un âge échelonné de quelques mois à 6-7 ans.

Sa contagiosité est très forte, la maladie évoluant par poussée épidémique tout au long de l’année. La fréquentation d’une collectivité chez l’enfant est « l’assurance maladie » certaine.

La maladie est bénigne dans la plupart des cas, mais on ne peut pas prédire
quel enfant fera une éruption très importante, ni quel enfant aura des complications, ni quel enfant gardera des cicatrices permanentes.

Dans tous les cas, cette maladie est pénible pour l’enfant. Elle le dérange car ça démange !

Si la plupart des varicelles ont une réputation bénigne, des complications sont cependant possibles.

Elles sont d’ordre infectieux : infection locale ou pulmonaire.

Les médicaments anti-inflammatoires sont interdits :

corticoïdes formellement interdits, AINS formellement contre-indiqués (Ibuprofène®, Advil®, Nuréflex®).

Il existe deux vaccins anti-varicelles. Aux USA, en Allemagne, la vaccination est systématique. De nombreux pays européens l’inscrivent dans leur calendrier de vaccination.

En France, la vaccination est encore réservée à des cas bien particuliers.

Le coût social de la varicelle est majeur.

Si officiellement, la varicelle n’oblige pas à une éviction de toute collectivité d’enfants, beaucoup de mères, encouragées en cela par les directrices de crèches, choisiront de garder leur enfant à domicile, avec en rançon un coût d’absentéisme au travail très important.

La varicelle de la femme enceinte peut poser de graves problèmes à la mère et
à l’enfant.

Avant toute grossesse, il est recommandé à la future mère d’interroger sa propre mère et de se replonger dans la lecture de son carnet de santé.

En cas de doute, une prise de sang confirmera ou non les traces de la maladie dans l’enfance. Si la mère n’est pas immunisée, la vaccination s’impose avant la grossesse.

 

La rédaction

Les commentaires sont fermés.