Maladie cœliaque

La maladie coeliaque ou intolérance au gluten est une maladie générale à prédisposition génétique, due à une intolérance à la gliadine du blé entraînant une réponse immunitaire inappropriée.

Contrairement à l’allergie alimentaire à la farine de blé, la maladie cœliaque, si elle n’est pas diagnostiquée et traitée, entraîne des désordres généraux chroniques importants,
qui dépassent la seule sphère digestive.

Sur quels signes penser à la maladie cœliaque ?  – chez un enfant de 4 à 18 mois -

  • Des signes digestifs : constipation, ballonnements, diarrhées, douleurs abdominales, survenant volontiers après sevrage et introduction des
    farines,
  • Mais également des signes généraux persistants :
  • Vitesse de croissance pondérale diminuée, avec cassure de la courbe pondérale
  • Une diminution de l’appétit,
  • Une anémie,
  • Un état général « moyen »,
  • Un enfant grognon.

En cas de diagnostic tardif, l’enfant présentera également une petite taille avec diminution de sa vitesse de croissance staturale, entraînant une cassure de la courbe staturale

Le diagnostic est biologique  – Il repose sur :

  • Le dosage des immunoglobulines,
  • Le dosage des IgA anti-transglutaminase,

Si ce dosage revient positif, une biopsie intestinale vient signer le diagnostic en visualisant une atrophie de la muqueuse intestinale de l’intestin grêle (atrophie villositaire).

Traitement : c’est le régime sans blé, sans orge, sans seigle (l’avoine serait toléré).

Ce régime doit être poursuivi à vie !

C’est dire sa difficulté…

La famille sera aidée au départ par les conseils d’un diététicien.

Plusieurs organisations viennent soutenir et conseiller les parents.

Adresses utiles :

Prévention ?

Il n’y en a pas vraiment puisqu’il existe une prédisposition génétique. Mais il est admis aussi que cette prédisposition pourrait être atténuée (ou différée ?) par un allaitement maternel (le lait maternel contient du gluten !) pendant quatre à six mois et une introduction du gluten entre 4 et 6 mois en faible quantité, et si possible pendant cet
allaitement maternel.

Rédaction : Dr  Thierry Marck

Références :

-O. Mouterde, gastro-entérologue pédiatrique, département de pédiatrie, CHU de Rouen : « la maladie cœliaque, un îlot à explorer… » médecine et enfance, vol. 30, n°9, nov. 2010.

-J.-P. Olives, service de gastroentérologie et nutrition, Hôpital des Enfants, Toulouse : « gastroentérologie pédiatrique : quoi de neuf ? », réalités pédiatriques n° 144, nov. 2009.

 

Les commentaires sont fermés.