Le vaccin BCG

Vacciner ou pas et quand ?

Si la lutte contre la tuberculose reste toujours d’actualité, la vaccination par le BCG des enfants n’est plus obligatoire depuis mars 2007 (CSHPF).

Cette obligation a été remplacée par une recommandation forte de vaccination précoce des enfants les plus à risque de tuberculose et la vaccination restant recommandée en Île-de-France et en Guyane.

Si les structures de protection de la petite enfance (garderie, crèche) incitent largement les parents à faire vacciner leur enfant, si les services de la PMI vaccinent quasi-systématiquement (sauf opposition des parents), la médecine de ville est plus attentiste et se pose des questions :

- En effet, qui a-t-il de commun entre la brousse guyanaise et un arrondissement parisien ?

- N’y aurait-il pas moyen de mettre au point un vaccin qui éviterait les nombreuses réactions au point d’injection ?

- Ce vaccin pourrait d’ailleurs être à dose unitaire, alors qu’actuellement, le médecin qui pratique la vaccination chez un enfant jette les 9/10e du produit !(la présentation actuelle du vaccin est prévue pour 10 injections).

Les réactions vaccinales au BCG

Le seul vaccin disponible est le BCG SSI en flacon multidoses.

Dose injectée : 0,05 ml chez le nourrisson inférieur à un an. 0,1 ml chez le nourrisson supérieur à un an.

La voie d’injection est intradermique stricte.

Le site d’injection : la région deltoïdienne (le haut du bras).

Ce type de vaccination implique donc, contrairement à la plupart des autres vaccins injectés par voie intra-musculaire, une technique irréprochable tant dans l’acte lui-même que dans le respect du site d’injection.

Malgré une technique correcte, des réactions cutanées, parfois importantes, peuvent survenir :

- La plupart du temps, les réactions cutanées au point d’injection signent la réalité de la vaccination : deux à trois semaines après l’injection apparaît un gros bouton, une ulcération, avec peau rouge, violette qui disparaitra au bout de plusieurs semaines.

- Parfois, cette ulcération gonfle et finit par percer avec écoulement de sérosités.

- Parfois aussi apparaît un ganglion plus ou moins volumineux sous l’aisselle du même côté que le bras vacciné.

Devant une ulcération qui suinte et coule, ne rien appliquer : ni pommade antibiotique (l’écoulement ne contient pas de germe), ni talc ni aucun produit.

Seulement protéger le bras avec une compresse sèche pour l’isoler des vêtements.

Si l’on peut baigner ou doucher l’enfant qui présente une ulcération, il est moins recommandé d’aller faire trempette dans de l’eau de mer.

Calculez donc au mieux le moment de la vaccination.

 

Les commentaires sont fermés.